Premier site de vente de loisirs aériens en France
Contact    01 83 62 12 12
ISABELLE
Responsable accueil

 

Pour décoller d’un terrain de football...

Le paramoteur fait partie de la famille des ULM (ultra léger motorisé). C’est une aile de parapente propulsée par un moteur à hélice. L’aile à caissons est souple (toile de parachute) et le moteur est placé sur le dos du pilote ou fixé sur un chariot à roulette où peuvent s’asseoir pilote et passager (cas le plus fréquent aujourd’hui en baptême).

Quelques mètres leur suffisent pour décoller et atterrir. Ils volent lentement, et sont assez faciles à piloter et à mettre en œuvre. Ils bénéficient aussi du cadre réglementaire simplifié des ULM qui facilite grandement la démocratisation de l’activité et la création d’emploi associée.

Les paramoteurs sont apparus dans les années 80 et leur technique est désormais mature (constructeurs professionnels, brevets de pilote délivrés par le ministère des transports, écoles structurées). On est loin des « aventuriers sur leurs drôles de machines » des années 80...  Celon la fédération, le niveau de sécurité des ULM exploités en bon père de famille se situerait aujourd’hui à un niveau comparable à celui des avions de tourisme. Bref, cela reste un sport mécanique, avec des risques, mais la discipline est devenue tout à fait mature. Elle est aujourd’hui utilisée pour de nombreux baptêmes de l’air.

À quoi s’attendre ?

La grande découverte lors d’un premier vol, c’est probablement de voir le sol s’éloigner sous les roues de l’appareil ! Ajouter une troisième dimension à son « répertoire » est une expérience inoubliable. Les impressions sont généralement un partage de fascination et d’exaltation - avec un peu d’adrénaline bien sûre !

En paramoteur, vous êtes toujours « à l’air libre » (ça décoiffe un peu) et en principe assis en tandem avec le pilote. Chaque perception est unique, mais, généralement, le paramoteur, comme son homologue sans moteur le parapente, dégage une impression de simplicité et donc de liberté assez agréable voire grisante. Toutefois ce n’est pas une plate-forme d’observation immobile et silencieuse, attendez-vous donc à ce que ça bouge un peu et que ça vibre au décollage !

Qui peut participer ?

À peu près tout le monde, enfants accompagnés, adultes, groupes… Demandez tout de même à votre médecin si vous avez une pathologie ou en cas de doute. Notez qu’il est possible que les caractéristiques du paramoteur et le poids et la taille du moniteur impliquent des limites de poids et de tailles pour le passager (voir la rubrique « condition à remplir » de chaque offre en ligne). 

 Notre classement indicatif (peut varier d’une offre à l’autre)

Adrénaline                      6

Condition physique     5

Confort                            6

Quels équipements prévoir ?

Chaussures de sport, tenue confortable, coupe vent, lunettes de soleil… Pas d’objets contondants (ciseaux, couteaux, limes à ongles...). N’oubliez pas aussi d’amener une pièce d’identité et votre carte embarquement ! Bon vol !

A savoir :

Le paramoteur est tributaire des conditions météorologiques, en particulier le brouillard, les nuages bas, le vent… Contactez votre prestataire en cas de doute. Les vols annulés pour raisons opérationnelles (météo, maintenance etc..) Entraînent - bien entendu – la prise d’un nouveau rendez-vous (contacter votre prestataire) !

Le paramoteur n’est pas une activité dangereuse mais « à risques » comme c’est le cas pour de nombreux sports mécaniques ou aériens. La présence d’un professionnel lors des vols de baptêmes  ou de formation permet de garantir une approche 100% sécuritaire de l’activité.

Il n’y a pas de sensation de vertige en paramoteur, car on ne touche pas le sol.

Comment pilote-t-on un paramoteur ?

Les paramoteurs se pilotent globalement comme leurs homologues et précurseurs sans moteur, les parapentes, c'est-à-dire à l’aide de deux poignées (une dans chaque main) permettant de freiner aérodynamiquement un bout d’aile par rapport à l’autre, ce qui fait tourner l’appareil. L’action simultanée des deux poignées de freins est également utilisée en phase d’atterrissage pour ralentir l’appareil avant le posé. Quant à la montée et à la descente, elle se contrôle tout simplement avec la manette des gaz…

L’ULM en chiffres (infos 2008 toute classe confondue)

(le paramoteur fait partie de la famille des ULM)

Nb de pratiquants : env 13.000 dont 3000 élèves, en progression de 10% par an (la France leader européen avec 1/3 de l’activité européenne)

Nb d’aéronefs : env 10.000

Activité : env 700.000 heures de vol par an

Nb de structures : env 700

Caractéristiques d’un Paramoteur biplace (Funflyer + Xpresso Bi):

Capacité d’emport : 2 personnes de 100kg

Masse à vide : 75kg

Taille de la voile : 13m * 4,7m (42m2)

Moteur: Wankel (rotatif) 35ch (294 cc)

Consommation : 6 à 8 l/h de super 98 + 2% d’huile de synthèse

Vitesse: 24 à 50 Km/h

Autonomie : 3 à 4 h (pour 25 litres)

 


Régions : Nord Pas de Calais - Picardie - Bourgogne - Midi Pyrénées - Aquitaine